Menu célébrant la création de l'Académie Rabelais en 1948
« L’APPÉTIT VIENT EN MANGEANT, LA SOIF S’EN VA EN BUVANT » Francois Rabelais

L’Académie Rabelais est née de la Seconde Guerre mondiale. Durant l’occupation allemande, un certain nombre d’écrivains et de journalistes, entre autres ceux du Figaro, s’étaient repliés à Lyon. La dureté des conditions de vie s’est rapidement fait sentir et ceux-ci ont commencé à souffrir  à la fois des restrictions alimentaires et du chamboulement de leurs habitudes.

La plupart d’entre eux connaissaient, ou même étaient amis de l’écrivain Marcel Grancher, auteur notamment du merveilleux 5 de campagne (1938) et du célèbre Charcutier de Mâchonville (1942) ainsi que du chroniqueur gastronomique : Henry Clos-Jouve.  Or ces deux compères avaient depuis des lustres de sympathiques relations avec tous les bistrots lyonnais, connus sous le nom de “bouchons”. Leurs amis leur demandèrent donc d’organiser des dîners où la table et le vin évoqueraient le bon vieux temps d’avant-guerre. C’est ainsi qu’une fois par semaine, tout un groupe de gourmands et même mieux, de fins gourmets, se trouvait réuni devant une table bien garnie. Aucune association formelle ne fut créée mais, se souvenant de “la Goutte de Lait”, célèbre œuvre de charité dédiée aux nourrissons, Marcel GRANCHER donna le nom de “la Goutte de Vin” à cette réunion amicale hebdomadaire.

Les derniers temps de l’occupation et l’activité de la Gestapo ne permirent plus guère ces retrouvailles, car leurs activités clandestines – certains participants entretenaient des liens avec la Résistance – engendraient trop de risques ; les dîners cessèrent.

La guerre se termina enfin, beaucoup regagnèrent Paris et conservèrent du séjour lyonnais le souvenir ému de ces rencontres amicales. Georges Ravon, journaliste au Figaro, alla trouver Marcel Grancher et lui demanda de tenter de réunir tous ces gens qui avaient tant sympathisé et d’organiser des retrouvailles régulières. Il fallait continuer à faire vivre l’atmosphère d’amitié et de solidarité qui s’était formée durant la guerre et qui était trop précieuse pour être simplement oubliée.

La première idée fut de créer une Académie Courteline. La veuve de l’auteur, Marie-Jeanne, en accepta l’idée, à condition de désigner elle-même les Académiciens. Ainsi naquit le 10 Juin 1948, l’Académie Rabelais : il n’y avait pas de veuve ! Sa création eut lieu au pied du Mont Brouilly, au Château Thivin chez Claude et Yvonne Geoffray, dans le Beaujolais, évidemment !

La liste des premiers membres fut la suivante :

Maurice Sailland, dit Curnonsky – Marcel E.Grancher – Pierre Scize – André Berry – Julien Pavil -Yves Gandon – Kleber Haedens – Yves Krier – Paul Gordeaux – Georges Ravon – Raymond Souplex – J,P. Gassier – André Warnod- Geo London – Henry Clos Jouve – Paul Vincent -Michel Herbert – Henri Monier – Henri Jeanson – J. Sennep.

Chaque fauteuil avait le nom d’un Cru de vin choisi par l’Académicien en fonction de sa prédilection personnelle.

Mais pourquoi avoir choisi le nom du maître Rabelais ?

Car l’Académie s’engage à faire vivre les principes du grand homme.

Il est dit dans le paragraphe “objet” des statuts de l’association :
“Encourager chez ses membres et leurs amis : la Joie de vivre, l’Optimisme, la Bonne Humeur, l’Indulgence, la Gaieté, le Culte de l’Amitié et du Souvenir, le respect des principes du Maître François Rabelais : le Rire, l’Ironie, la Farce, la Chanson Joyeuse, le Bien Penser, le Gai Savoir, le Bien Manger et le Bien Boire.”

 

Organisation de l’Académie

L’Académie se compose d’un maximum de cinquante Académiciens titulaires ainsi que de stagiaires admis comme postulants. Les Académiciens paient une cotisation annuelle pour soutenir les activités de l’Académie.

Les Académiciens reçoivent une médaille qui marque leur appartenance à l’association et qu’ils doivent porter aux événements où l’Académie est officiellement présente.

L’Académie est administrée par un Bureau d’élus bénévoles qui comprend :
– un Président
– un Vice-Président
– un Secrétaire provisoirement perpétuel
– un Trésorier
– un Secrétaire adjoint

Pour être admis, les stagiaires peuvent être présentés par un académicien ou faire une demande écrite. Ils demeurent stagiaires jusqu’à leur élection en tant qu’académicien à l’Assemblée générale, en fonction des sièges disponibles.

 

Les Activités de l’Académie

Les activités de l’Académie comprennent un dîner par trimestre, ainsi qu’un weekend par an dans une région gastronomique et viticole, où les Académiciens sont reçus chez des vignerons et des restaurateurs qui leur font partager leur passion.

À ce jour, l’Académie décerne trois récompenses :

– Le Prix littéraire, décerné annuellement à une œuvre d’inspiration rabelaisienne, ou, à tout le moins, une œuvre gaie et de bonne humeur.  Il est doté de cinquante bouteilles de Beaujolais, offertes par l’Académie Rabelais.

– La Coupe du Meilleur Pot, attribuée chaque année à un bistrot servant au comptoir des vins de qualité, choisis par le patron de l’établissement. Cette coupe est offerte au nom du patron de l’établissement; celui-ci peut continuer à en faire état s’il continue d’exercer le même métier ailleurs, mais son successeur n’y a pas droit.

La Coupe passe d’année en année de mains en mains, le récipiendaire conservant un diplôme, qui devient diplôme de bronze après dix ans de continuité, d’argent après vingt ans, d’or après vingt-cinq ans.

– Un diplôme particulier est attribué à un restaurateur, ou à un chef, lorsque les Académiciens considèrent que celui-ci est mérité par la haute qualité de sa cuisine. Il est rare car il n’est attribué qu’à bon escient.

Mentions légales © 2019 Académie Rabelais